fr

Un cadre de travail vertueux pour les équipes en télétravail, avec Juliet Funt

Lisez cet article en anglais, allemand, portugais, espagnol ou japonais.

Pour la plupart des gens, la transition vers le travail décentralisé est difficile, voire frustrante : un état de fait compréhensible et même attendu. Il ne faut pas oublier qu’au-delà de cette transition, nous devons avant tout faire face à une pandémie.

Nous devons plus que jamais prendre les devants dans la lutte contre l’épuisement professionnel et mettre l’accent sur l’efficacité des équipes et la réduction des pertes de temps au travail. L’équipe Asana s’est récemment entretenue avec Juliet Funt, PDG de WhiteSpace at Work, au sujet de la mise en place d’un cadre de travail vertueux pour réduire le stress et éviter les situations de burnout en lien avec le passage au télétravail. Nous vous présentons ses meilleurs conseils :

Un cadre visuel pour garder le rythme

Il y a de fortes chances que beaucoup d’entre nous (et surtout ceux qui ne sont pas habitués à travailler en dehors d’un bureau classique) travaillent par intermittence sur leur bureau, puis sur la table du salon, et encore plus tard ou un autre jour, assis « confortablement » dans leur canapé. Juliet nous rappelle que si nous sommes amenés à utiliser plusieurs espaces de travail à la maison, il est préférable d’établir partout le même environnement. 

L’Homme est une créature visuelle. Peu importe ce qui se trouve sur notre bureau : boissons, papier, citations encourageantes ou photos, nous devons nous efforcer de créer une atmosphère confortable et la reproduire à chaque fois que nous changeons d’espace de travail. Ce faisant, nous indiquons à notre cerveau de passer en mode « travail ». Ces repères visuels apportés par un cadre de travail uniforme (même dans des espaces différents) diffusent un sentiment de contrôle, qui contribue à réduire le stress associé au travail à distance lorsque celui-ci nous est étranger. 

Prendre le temps de respirer

On nous a tous rappelé l’importance de faire des pauses, en particulier lorsque nous travaillons depuis la maison, où nous aurions facilement tendance à oublier l’heure du déjeuner ou de sortir prendre l’air. Toutefois, comme Juliet le note à juste titre, ces recommandations peuvent être déroutantes, voire contradictoires. Par exemple, The Energy Project nous conseille de suivre le rythme circadien de notre corps et de faire des pauses toutes les 90 minutes. Quant à la technique Pomodoro, elle suggère de faire des pauses toutes les 21 minutes. 

Malgré nos meilleures intentions, il est bien souvent difficile de prévoir des pauses au cours de la journée. Cela peut même venir perturber notre travail, d’autant plus lorsque nous sommes vraiment lancés dans quelque chose. Juliet recommande plutôt d’écouter son propre corps.

« Lorsque vous ne savez plus où donner de la tête, que votre corps tremble sous l’effet de l’adrénaline ou qu’il vous réclame du sucre, de la caféine ou tout autre moyen de se régénérer, mettez à profit les temps morts de votre journée et prenez des pauses stratégiques entre deux activités. » 

Il est également utile de compter ses pauses au cours de la journée. Si en fin de journée, vous n’en êtes qu’à quatre pauses ou moins, vous devriez sans doute prêter davantage attention aux signaux que votre corps vous envoie. 

Réduire les tentations visuelles

Juliet est une fervente partisane de la compartimentation. Elle explique que dès que l’on peut ranger quelque chose dans une case, au sens propre comme au figuré, cela nous aide à nous concentrer.

Un bon exemple de compartimentation ? Moins vérifier ses e-mails. Mais au sens propre, la compartimentation implique également une action tangible. En fin de journée, Juliet recommande d’ouvrir un vrai compartiment, comme un tiroir ou un placard, et d’y ranger tous les objets liés au travail. Selon ses mots, vous devez « les border et les laisser dormir tandis que vous en faites de même ». Cet acte a priori ordinaire peut vous aider à mieux séparer travail et vie personnelle et, par conséquent, à diminuer le stress. 

Gérer son travail à distance sur Asana

Adopter le télétravail n’a rien de facile. Cela demande par nature un effort conjoint au quotidien. La mise en place d’un cadre de travail vertueux qui englobe la configuration de votre espace de travail, une méthode pour garder le rythme et un rituel de fin de journée peut vous permettre de prévenir le stress et d’éviter le burnout. 

Découvrez comment Asana peut aider votre équipe à travailler à distance ou si vous utilisez déjà Asana, consultez notre guide consacré au télétravail pour obtenir plus d’informations et de conseils.

Would you recommend this article? Yes / No