fr

Gérer une équipe en croissance rapide : entretien avec Trinity Mouzon Wofford, PDG et cofondatrice de Golde

Lisez cet article en anglais, allemand, portugais, espagnol ou japonais.

Afin de célébrer le Mois de l’histoire des femmes, Asana a souhaité mettre à l’honneur des femmes dirigeantes. Un sens du leadership solide est en effet essentiel pour gérer avec succès un groupe de collaborateurs : qu’il s’agisse de diriger 2 ou 10 individus, ou même l’ensemble des membres d’une entreprise, la mission des dirigeants est de guider chacun sur le chemin de la réussite. Ceci est d’autant plus important que l’année 2020 fut difficile à bien des égards. Toutefois, n’oublions pas qu’elle a également créé des opportunités inattendues. 

Trinity Mouzon Wofford, PDG et cofondatrice de Golde, l’a bien compris. En 2020, et à la suite du confinement lié à la pandémie de COVID-19, son entreprise connaissait justement une croissance rapide. La mission de Golde est de rendre le bien-être accessible sans effort, tout en s’amusant. La recette ? Des mélanges de superaliments, des compléments alimentaires et des masques. Pour gérer son équipe qui ne cesse de s’agrandir, Trinity adopte une approche similaire.

Nous avons pu nous entretenir avec Trinity à propos de son parcours entrepreneurial et de l’influence de ce dernier sur son style de management. Elle nous a également transmis quelques conseils et bonnes pratiques afin de nous aider à devenir de meilleurs managers.

Qu’est-ce qui vous a conduit à fonder Golde ?

Golde s’inspire de mon propre vécu en tant que consommatrice de produits de bien-être. Je me sentais un peu perdue entre les articles de bien-être démodés qui avaient marqués mon enfance (dans le nord de l’État de New York) et ceux appartenant à cette « nouvelle vague » : des offres axées sur le luxe et le prestige qui ne me convenaient pas tout à fait. Et puis, soyons honnête, je ne pouvais pas me permettre d’acheter des produits si onéreux. 

J’ai donc fait le maximum pour donner la possibilité à chacun de nous de se sentir bien sans effort, en s’amusant et dans le but de rendre le bien-être accessible. Mon objectif est de faire en sorte que le bien-être soit un peu plus « fun », moins prise de tête. Pour cela, il est indispensable de proposer des produits à prix abordable.

Créer votre propre entreprise, cela a toujours été un souhait, une évidence ? 

J’ai toujours été enthousiaste à l’idée de fonder mon entreprise, mais je ne pensais pas que je pouvais bâtir une vraie carrière à partir de là. Le terme « entrepreneur » ne faisait pas partie du vocabulaire de mon conseiller d’orientation au lycée. C’est seulement arrivée à l’université, à New York, que les choses ont changé et que j’ai découvert tous les parcours professionnels qui s’offraient à moi. 

Pouvoir faire preuve de créativité au quotidien représentait vraiment un objectif stimulant. L’idée de mener à bien mes propres projets était tout aussi intéressante. Quand j’ai fait mon entrée dans la vie active, j’ai découvert que la démarche entrepreneuriale me correspondait davantage, que mes compétences y étaient mieux adaptées.

Et vous êtes aujourd’hui PDG et cofondatrice de Golde ! Quel parcours ! Quelles sont vos principales responsabilités ? 

Notre entreprise existe depuis quatre ans. Pendant les trois premières années et demie de son existence, je touchais un peu à tout. Mon partenaire cofondateur et moi-même étions les seuls employés à temps plein, donc nous nous répartissions toutes les responsabilités : de la rédaction d’une légende pour une publication sur Instagram à l’envoi de la newsletter, en passant par la réponse aux e-mails des clients. 

Nous avions tellement de choses à gérer que je devais être réaliste et déterminer objectivement ce qui était possible ou non. Il m’est arrivé d’envier le fonctionnement d’entreprises plus grandes, avec des équipes cent fois plus importantes que la nôtre, avant de me rappeler que je ne pouvais pas comparer, car j’étais bel et bien seule pour tout piloter. En tant qu’entrepreneur, c’est un point à ne jamais oublier : établir des priorités est essentiel car, justement, on ne peut pas tout faire.

Si je reste bien entendu impliquée dans tout ce que nous entreprenons, notre structure a évolué : notre équipe compte désormais huit personnes. Je suis devenue une sorte de mentor et j’aide chacun de mes partenaires à atteindre ses objectifs. À mesure que Golde se développe, je m’occupe de plus en plus de tout ce qui a trait aux actions de soutien et d’assistance. Mes fonctions évoluent d’une manière qui n’est pas pour me déplaire ! 

En tant que meneuse de troupe, comment savez-vous qu’il est temps d’agrandir l’équipe ? 

Nous avons connu une croissance tellement forte en 2020… C’était vraiment inattendu. Au début du confinement, nous avons constaté une forte hausse de la demande : coincés à la maison, les gens avaient plus de temps pour prendre soin d’eux. Ils ont modifié leurs habitudes et leur routine bien-être, avec des masques pour le visage ou des thés Matcha latte. 

Pendant l’été, alors que le mouvement de soutien aux entreprises et créateurs noirs était sous le feu des projecteurs, notre croissance a fait un gigantesque bond en avant. Nous battions chaque jour un nouveau record : c’est vraiment sympa et flatteur, mais aussi une vraie source de stress ! Vous ne pouvez jamais vraiment savoir combien de temps ce pic va durer, ni de quel type de ressources vous allez avoir besoin…

Notre entreprise s’appuyait sur une équipe parfaitement calibrée, avec le nombre de collaborateurs idéal. En un rien de temps, nous sommes passés brutalement à un volume d’activité dix fois plus important et avons dû travailler nuit et jour pour effectuer les ajustements nécessaires et suivre le rythme. En tant que dirigeante, j’ai vraiment eu du mal à analyser comment nous adapter, et à quel rythme. Cela dit, déterminer les domaines où nous devions prendre notre temps ne m’a pas paru plus simple… Embaucher 10 personnes du jour au lendemain n’était clairement pas une option. 

J’ai essayé de rester très prudente en matière d’embauche. Nous nous contentons d’une équipe restreinte et l’élargissons progressivement quand nous constatons que nos collaborateurs ont un peu trop à faire. J’ai opté pour cette approche et j’essaie de m’y tenir. 

Diriger une entreprise en (forte) croissance n’est pas une mince affaire ! Quel est votre point de vue sur la gestion d’équipe ?  

Comme je l’ai évoqué, je dirige mon équipe en me concentrant principalement sur des actions de soutien. Je peux vous donner deux exemples précis :  

  1. J’encourage mon équipe à cultiver son esprit entrepreneurial. Donner à son équipe les moyens de développer une parfaite maîtrise de son travail est essentiel. Il faut notamment aider ses collègues à comprendre comment leurs activités quotidiennes soutiennent les objectifs généraux et la mission de l’entreprise
  2. J’endosse à la fois le rôle de personne-ressource et de référente. Le but est avant tout d’aider son équipe à faire le lien entre les tâches du quotidien et la mission générale de l’entreprise. Dans un second temps, il s’agit de se rendre disponible pour guider ses collaborateurs et leur fournir un retour d’information. Cette démarche permet de s’assurer que l’équipe s’est engagée sur le bon chemin et que chacun se sent soutenu à chaque instant. 

Quel est le conseil le plus précieux que vous ayez reçu et qui a influencé votre style de management ? 

Mes expériences passées m’ont fait croiser la route d’excellents managers. J’ai conservé un souvenir fort de ceux qui savaient trouver un juste équilibre entre disponibilité et mentorat, en me donnant l’opportunité de progresser et d’évoluer professionnellement. Et je crois que laisser à un collaborateur la possibilité d’échouer et d’en tirer les leçons qui s’imposent fait aussi partie des qualités de tout bon meneur d’équipe. 

Je me souviens de mon tout premier poste, à peine sortie de l’université : je travaillais comme vendeuse et devais démarcher des clients par téléphone, sans RDV. J’étais vraiment nulle à ça. Et je me souviens que mon manager m’a dit : « Ok. Ce client, tu peux et tu vas nous le décrocher. ». Je tremblais comme une feuille et je me sentais horriblement mal. Mon manager m’a laissée gérer l’appel, même s’il faut avouer que j’étais très maladroite et nerveuse. Il est intervenu quand c’était nécessaire, puis m’a donné son avis à la fin de l’appel. 

Je suis reconnaissante envers mon manager d’avoir agi ainsi, car écouter l’un de ses subordonnés batailler et bafouiller pendant un appel n’est pas forcément agréable. Cela dit, vous devez laisser votre équipe vivre ce genre d’expériences : elles nous apprennent toujours énormément et nous permettent d’évoluer professionnellement. En tant que femme entrepreneur, j’apprends et j’ai toujours appris de mes échecs. Il me semble donc tout naturel de laisser à mon équipe le droit de se tromper et de tirer des leçons de ses erreurs.

De quelle manière l’équipe de Golde se sert-elle d’Asana ? 

Nous utilisons Asana pour gérer bon nombre de nos processus, notamment pour tenir notre calendrier marketing. Chacun reste clairement informé de la planification du travail et toutes les tâches à accomplir sont regroupées au même endroit.

Asana nous aide aussi à gérer nos opérations et notre chaîne d’approvisionnement : suivre le lancement de nouveaux produits, les cycles de production et s’assurer que toutes les tâches sont accomplies en temps voulu, même celles de moindre importance. Dans mon domaine, être bien organisé et tenir ses délais sont des impératifs absolus. Asana nous aide à relever le défi. 

Asana facilite également l’organisation de notre réunion d’équipe hebdomadaire. Chaque membre de l’équipe dispose d’une petite section dans le projet consacré à la réunion pour saisir les informations à faire passer à ses collègues. Toute l’équipe sait ainsi à quoi s’en tenir. Nous finissons généralement sur une note plus légère, en échangeant quelques bonnes recettes de smoothies. 

À titre personnel, j’aime utiliser Asana pour garder une trace de mes discussions avec nos investisseurs ou d’autres interlocuteurs du même type. J’apprécie de pouvoir tout conserver dans un petit tableau Asana, juste pour moi.

Quel a été l’impact de l’adoption d’Asana sur vos activités et la manière de gérer votre équipe ?  

Utiliser Asana pour gérer nos activités, notamment nos campagnes marketing et la chaîne d’approvisionnement, a été incroyablement bénéfique à notre entreprise. L’année 2020 a sûrement été la plus marquante, car nous avons enregistré une croissance fulgurante. Nous devons assurer le suivi de tout un tas d’éléments et rien, absolument rien, ne doit passer entre les mailles du filet. Asana nous aide à tenir nos délais pour que tout se déroule au mieux.

Il y a peu, vous avez lancé Super-Ades. Toutes nos félicitations ! Quelles sont les prochaines étapes pour Golde et pour vous-même, Trinity ? 

Merci ! Nous l’avons lancé sur le site de vente en ligne Target au début de l’année et il reste encore beaucoup à faire. Deux nouveaux produits seront lancés dans quelques mois ; tenez-vous prêt ! Et surtout, n’hésitez pas à nous suivre sur Instagram pour rester au courant de tout ce qui se passe chez Golde !

À l’image de Golde, nombreux sont ceux qui font appel à Asana pour mener leur mission à bien et devenir une source d’inspiration pour les autres. Découvrez comment des équipes du monde entier utilisent Asana pour se dépasser.

Would you recommend this article? Yes / No